Vous cherchez quelque chose ?

c'est juste en dessous

La fiabilité des éthylotests remise en cause

Un avocat spécialisé dans le code de la route, Jean-Baptiste Iosca, a indiqué mercredi avoir contesté avec succès devant un tribunal la fiabilité de ces appareils employés par les forces de l'ordre.

l'avocat a expliqué que «selon les rapports d'utilisation et d'approbation des modèles utilisés, il faut attendre 30 minutes entre le moment où l'automobiliste est arrêté et le moment où il souffle dans l'éthylomètre (éthylotest électronique) pour être certain que le niveau de nicotine ou de tout autre produit ingéré précédemment ne viendra pas vicier le test. Or les policiers ne respectent jamais ce délai», indique Jean-Baptiste Iosca, qui remarque que «d'après les centaines de dossiers qu'il traite chaque année, le délai entre le moment où est arrêté l'automobiliste et le contrôle d'alcoolémie est de trois minutes».

C'est ce qu'il a plaidé devant le tribunal de grande instance de Lure (Haute-Saône), où il défendait un automobiliste poursuivi pour un taux d'alcoolémie de 1,4 g/l. Le tribunal lui a donné raison le 26 octobre. C'est la réticence du ministère de l'Industrie pour lui communiquer la notice des appareils qui a mis la puce à l'oreille de cet avocat. «J'ai saisi la Commission d'accès aux documents administratifs, qui m'a donné raison»,

«Cette décision judiciaire fait jurisprudence car elle est particulièrement bien motivée», souligne l?avocat, qui a attendu pour communiquer sur cette décision judiciaire la fin du délai de deux mois pendant lequel l'avocat général peut faire appel de la décision. «Il s'agit manifestement d'une erreur, il est très étonnant que le parquet n'ait pas fait appel de cette décision», indique-t-on à la Sécurité routière.

Source : 20 minutes.fr

Voir aussi ...