Vous cherchez quelque chose ?

c'est juste en dessous

Musical Tour n° 1 - Syl Johnson

Syl Johnson, (Syl Thompson) est un chanteur, guitariste et harmoniciste de blues américain, né à Holly Springs, Mississippi, le 01 juillet 1936.

Le plus célèbre des frères Johnson/Thompson (Mac et Jimmy Johnson sont les deux autres) n'est apparu que sporadiquement comme un bluesman. Il a fait l'essentiel de sa carrière, en effet, dans la soul. Syl est déja un bon guitariste lorsqu'il gagne Chicago en 1952. Il joue avec Muddy Waters, Howlin' Wolf, Eddie Boyd et Junior Wells. Mais c'est surtout son association avec son aîné Jimmy Johnson auprès de Magic Sam qui laissera la marque la plus durable sur son chant, une belle voix de ténor très marquée par le gospel, et son jeu de guitare: un son moderne et agressif, une ligne mélodique fluide et précise entrecoupée d'accords plaqués. Syl participe ainsi à plusieurs séances d'enregistrement en tant que guitariste de Jimmy Reed et surtout Billy Boy Arnold puis en vedette pour les labels King, One Der Ful, Zachron et surtout Hi, le principal concurrent de Stax à Memphis. Excellemment produit par Willie Mitchell, Syl grave alors une série de 45-t de soul de tout premier plan et obtient plusieurs gros succès comme C'mon sock it to me, Is it because I'm black ?, We did it et Back for a taste of love. 1974, marque le déclin de la soul qui disparaît au profit du disco, un genre que Syl Johnson ne parvient pas à suivre. Il est bientôt sans compagnie de disques, sans engagements et peu après sans orchestre.

Suivant l'exemple de son frère Jimmy qui se reconvertit avec un certain succès au blues - lequel ayant perdu la faveur du public noir, a su retrouver celui du public blanc international -, Syl retourne à ses premiers amours. On retrouve Syl Johnson dans les clubs de Chicago en compagnie de Lonnie Brooks, Little Mac Simmons ou Phil Guy. Après une tournée triomphale au Japon, il grave en 1980 son premier microsillon de blues, Brings out the blues in me (Shama), très ancré le style du West Side de Chicago. Il s'associe ensuite avec l'harmoniciste James Cotton et Syl retrouve brièvement les faveurs du public noir avec l'excellent Ms Fine Brown frane (Twinight), boycotté par les ligues féministes et quasiment interdit d'antenne. en tournée en Europe en 1983, il grave un bon microsillon de blues, Suicide blues (Isabel). Aprés de nouvelles années difficiles, Syl Johnson a retrouvé verve et inspiration pour son dernier CD, entre blues et soul: Back in the game (Delmark). Music to my ears (Hi) est une excellente compilation de ses titres soul des années 60 et 70.

21 lecture(s)

I Hate I Walked Away

Voir aussi ...